Comment accompagner les pays en développement ?

Les pays en développement représentent aujourd’hui près de 150 états dans le monde. Souvent opposés aux pays développés, ces pays pauvres se placent en bas de l’échiquier de l’économie mondiale. Non seulement leur croissance économique est faible, mais ils doivent aussi régulièrement faire face aux chocs du changement climatique comme les sécheresses, les cyclones, ou les inondations. Des éléments qui compliquent leurs conditions de vie. Qui sont ces pays en développement et comment leur venir en aide ? 

Qu'est-ce qu'un pays en développement ?

Tous les pays en développement n’ont pas le même seuil de pauvreté. Cependant, de nombreux pays rassemblent des critères communs. Bien qu’aucune définition officielle n’existe, un pays en développement est marqué par un faible développement de son industrie, une faible production agricole et une croissance démographique trop importante par rapport à l'augmentation de son revenu national. Ces pays, pour rejoindre les pays riches ou pays industrialisés, tentent alors de mettre en ?uvre les moyens nécessaires pour améliorer le niveau de vie de leurs habitants, tant d’un point de vue économique que social. 

Alors que l’on parlait de tiers-monde jusqu’aux années 1990, les termes de ? pays en voie de développement ?, et surtout ? pays en développement ? sont désormais largement employés par la communauté internationale. Ce changement de vocabulaire est notamment d? à une utilisation inadéquate et au c?té péjoratif des termes comme ? tiers-monde ? ou ? pays sous-développés ?. 

Cependant, alors que ? pays en développement ? est un terme avant tout économique, et instauré par des organismes comme la Banque mondiale ou l’Organisation Mondiale du Commerce, l’Organisation des Nations Unies préfère parler de PMA : Pays les Moins Avancés. Ces derniers ne forment pas une catégorie spécifique mais représentent la partie la plus faible des pays en développement.

Le terme de ? Pays les Moins Avancés ? a été instauré par l’ONU en 1971 dans le but de faire une distinction entre les pays les plus pauvres et ceux qui sortent peu à peu d’une situation économique et sociale instable comme c’est le cas pour le Brésil ou encore Ta?wan qu’on qualifie de pays émergents.

Un bidonville dans un pays en développement

Aujourd’hui, 47 pays sont classés comme Pays Moins Avancés parmi lesquels le Bénin, le Cambodge, Ha?ti, le Mali, le Yémen et bien d’autres encore. L’ONU utilise alors cette liste de PMA pour accorder une aide au développement aux pays les plus vulnérables comme l’allègement de dette, le soutien technique et commercial, ect. 

Selon l'ONU, un Pays Moins Avancé se distingue par :

  • Un faible revenu national : PIB inférieur à 700 euros par personne,
  • Un bas niveau de développement humain mesuré selon un index associant les indicateurs de mortalité infantile, de nutrition et d’éducation,
  • Une vulnérabilité économique définie par l'exposition du pays aux chocs et sa résilience ou sa capacité à réagir à ces derniers, 
  • Une population de moins de 75 millions d’habitants.

D’après un rapport de La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, en 2050, un jeune sur quatre dans le monde vivra dans un pays moins avancé. Aujourd’hui, les pays les moins avancés comptent plus d’un milliard d’habitants, soit 13 % de la population mondiale.

L’importance de l’approche holistique dans l’aide au développement

à la suite des objectifs du millénaire pour le développement mis en place en 2000, l’ONU lance en 2015 un nouveau programme d’aide nommé cette fois ? les objectifs de développement durable ?. L’assemblée générale des Nations Unies entend alors améliorer la situation des pays en développement, et plus particulièrement des PMA, à l’horizon 2030.

Dans cet objectif, l’ONG Vision du Monde entend participer à l’amélioration des conditions de vie des pays en développement en luttant contre les causes profondes de la pauvreté. 

L’association agit notamment sur six domaines essentiels que sont l’accès à l’eau, l’éducation, la santé, l’alimentation, le développement économique, et la protection des enfants. Cette approche globale de l’aide au développement, qu’on peut désigner d’approche holistique, permet de répondre à chacun des domaines essentiels de la vie des enfants et de leur famille. 

Venant du grec ? holos ? signifiant ? en entier ?, le terme holisme désigne une doctrine philosophique attachée à prendre en considération l’ensemble d’une situation, plut?t qu’une seule partie. Dans le cadre de l’aide au développement, l’approche holistique considère tous les aspects liés au développement en aidant les familles sur différents fronts : l’accès à l’école, la création d’activité rémunératrice, la construction d’infrastructures pour l’hygiène et la santé, etc. 

Comment aider les enfants à accéder à l’école sans donner les ressources nécessaires aux familles pour les y encourager ? Il est important de voir l’aide au développement comme un tout, une vision globale, sous peine de ne pas voir d’effets durables et efficaces.
 

Participer au développement économique des communautés

Le développement économique des communautés fait donc partie des clés pour améliorer les conditions de vie des plus vulnérables. Chaque communauté doit pouvoir se développer via des activités économiques fiables et durables, afin d’améliorer la sécurité alimentaire et réduire les épisodes de famine.

Vision du Monde soutient notamment la création d’activité en offrant aux adultes des formations aux techniques agricoles, en entrepreneuriat local, en gestion budgétaire et en accompagnant les plus jeunes dans leurs projets professionnels. 

Aider les communautés à atteindre une stabilité économique est une première étape pour répondre aux problèmes sous-jacents comme la déscolarisation des enfants ou encore la malnutrition. Aujourd’hui, plus de 262 millions d’enfants ne vont pas à l’école. Quand les parents n’ont pas les moyens de subvenir aux besoins de leurs enfants, ces derniers sont souvent réquisitionnés pour travailler et ne vont pas à l’école.

Hors l’éducation reste une arme essentielle pour combattre la pauvreté, préparer l’avenir et permettre le développement de toute une communauté. Aller à l’école permet aux enfants de gagner en confiance en eux et d’acquérir des connaissances et compétences solides qui bénéficient à tout leur village.

Atteindre une stabilité économique permet également aux familles de réduire les épisodes de famine grace à de nouvelles techniques agricoles plus durables, ainsi qu’à la diversification de leurs activités génératrices de revenus. 

Aujourd’hui encore, 66 millions d’élèves ont faim en classe dans les pays en développement. Pour aider les communautés et améliorer le bien-être des enfants, de nombreuses familles sont ainsi sensibilisées aux bonnes pratiques de nutrition. Des points d’accès à l’eau potable sont également mis en place dans les communautés afin d’offrir les infrastructures nécessaires à une bonne hygiène et donc une bonne santé. 

Le parrainage : un moyen d’aider les pays en développement

Le soutien aux pays en développement doit être global et toucher l’ensemble de la population sur différents domaines, tant économiques que sociaux. Pour mener à bien toutes ses actions, Vision du Monde mise sur le parrainage d’enfants, un moyen efficace de toucher l’ensemble d’une communauté et apporter une aide durable aux enfants et aux familles. 

Les dons collectés via les programmes de parrainage ne servent donc pas à un seul enfant puisque celui-ci est utilisé afin de financer les différents projets d’aide au développement au sein d’une région. De la construction d’un puits à la formation du personnel soignant ou de professeurs, toute la communauté peut ainsi profiter du parrainage. On estime que pour un enfant parrainé, ce sont cinq enfants qui sont aidés au sein de la communauté. 

Les enfants parrainés sont ainsi largement encouragés à continuer leur scolarisation, et l’ensemble du village continue de se développer dans les meilleures conditions. 

Grace aux actions de Vision du Monde, et via le partenariat international World Vision, une famille re?oit l’aide nécessaire pour vaincre la pauvreté toutes les 60 secondes.

Afin de conna?tre au mieux les besoins des familles, l’association mise également sur une approche locale de l’aide au développement puisque 97% de ses équipes terrain sont recrutées sur place. L’ONG travaille alors en étroite collaboration avec les familles, les partenaires locaux et autorités locales des pays. Avant de démarrer un programme de développement, elle définit avec les bénéficiaires, les différentes actions à mener de manière prioritaire. 

Aujourd’hui, grace à cette collaboration internationale :

  • 4 millions d’enfants ont accès à une éducation adaptée à leur age et à leur niveau scolaire.
  • 9,5 millions de personnes re?oivent une assistance alimentaire.
  • Des programmes de santé sont menés par des experts dans 66 pays.
  • Plus de 450 000 personnes ont rejoint un groupe d’épargne collective.

En 2019, l’ONG internationale a aidé 200 millions d’enfants vulnérables en combattant la pauvreté. Tout cela ne serait possible sans l’aide des parrains et marraines qui contribuent chaque jour à l’amélioration des conditions de vie de milliers d’enfants.

Contribuez vous aussi à changer la vie de millions de familles !
 

68大香伊在人线免费-大香蕉在线视频观看-大香伊蕉国产